4 conseils pour bien s’organiser quand on travaille de chez soi

4-conseils-organiser-travail-chez-soi

Connaissez-vous Diane Ballonad, du blog Zen & Organisée ? Elle est experte en

© Barbara Rolland Photographie

© Barbara Rolland Photographie

Organisation personnelle et Gestion du temps, auteur du livre Envie d’être zen et organisée ? (Ed. Tournez la page, collection “Femmes actives”) et du livre J’arrête de procrastiner ! (Ed. Eyrolles).

La magie du web nous a mises en contact depuis plus d’un an et nous prenons plaisir à échanger sur nos activités respectives. Après être intervenue 2 fois auprès de ses stagiaires pour répondre à leurs questions sur la reconversion professionnelle et le solo-entreprenariat, c’est mon tour de l’inviter à s’exprimer ici. Je suis sûre que ses conseils sur le travail à la maison parlera à nombre d’entre vous !

Travailler de chez soi n’est pas si évident qu’il n’y parait. Passée l’euphorie des premières semaines, les néo-home-workers parviennent plus ou moins rapidement au même constat : « Fichtre ! C’est bizarre, j’ai l’impression d’être moins efficace que lorsque j’étais salarié(e) ! ».

Un sentiment qui mêle étonnement, déception et, dans certains cas, découragement, voire démotivation… A prendre donc (très) au sérieux, et ce dans le démarrage de votre activité !

Pour éviter que Mesdames et Messieurs Procrastination, Dispersion, Multitasking et Isolement ne deviennent vos nouveaux « collègues de travail », voici 4 conseils de bon sens pour bien s’organiser quand on travaille de soi :

 Conseil n° 1 : Soignez votre environnement de travail !

Veillez à vous créer un espace qui vous ressemble, et surtout dans lequel vous vous sentez bien.

Se sentir bien dans son lieu de travail implique que vous ayez pris le temps de définir l’environnement de travail dans lequel vous souhaitiez travailler.

Osez, si vous pouvez vous l’autoriser, investir dans un bureau qui vous plait. C’est votre centre névralgique. Vous y passez et passerez  beaucoup de temps. Il doit vous inspirer et vous donner envie d’aller vous y installer.

Ce qui n’empêchera pas par ailleurs que vous choisissiez, de temps en temps, de vous installer ailleurs, sur la table de la cuisine, sur la terrasse en plein soleil, etc.

Votre espace de travail d’abord

Investissez votre espace ! Débarrassez-vous de tout ce qui ne vous plait pas, que vous avez récupéré par défaut ici ou ailleurs, les vieilles bannières en plastique grises toutes moches et qui vous sortent par les yeux, ce vieux pot en plastique si triste, et ce calendrier tout raturé qui vous rappelle votre vie « d’avant ».

N’acceptez que ce qui favorise, au seul regard, une sensation agréable.

Mettez-y de la couleur (si vous aimez la couleur, bien sûr) ou créez au contraire un environnement épuré, sobre, dans lequel cohabitent deux couleurs maximum (le blanc par exemple, parsemé de petites touches d’anis ici et là) et qui va favoriser le recentrage sur vos priorités.

Vos boîtes de classement ou vos chemises, dossiers et autres papeteries, certes, sont sur votre bureau ou sur votre étagère pour remplir leur fonction première : vous aider à trier, classer, hiérarchiser, organiser mais ils n’ont pas la nécessité d’être tristes et moches !

Le reflet de qui vous êtes

Vous vous sentirez bien dans votre bureau à condition que ce dernier vous ressemble et reflète à la fois votre personnalité (par essence unique) et votre activité. L’espace de travail d’une blogueuse culinaire ou mode ne sera pas le même que l’entrepreneuse qui développe une activité de secrétariat à distance, ou encore celui de la créatrice fait-main qui s’épanouira parmi ses fils, ses rubans, ses papiers colorés et ses accessoires !

Bureau

 Conseil n° 2 : Définissez votre cadre de travail

En définissant vos propres limites

Imposez-vous en tout premier des limites claires. Vous y parviendrez en créant et en structurant votre cadre de travail.

A vous de décider si vous acceptez de travailler le week-end (après tout, vous êtes de grandes personnes !), si vous décidez de vous remettre au travail en soirée mais là encore, faites-le en conscience et en cadrant :

– Oui, vous pouvez décider que vous travaillerez un peu le week-end mais pour vous consacrer à certaines tâches seulement, et pas plus de deux heures le samedi après-midi par exemple entre 17 et 19 heures.

– Oui, vous pouvez décider que vous vous remettrez au travail, au calme, quand les enfants seront couchés, mais pas systématiquement et pas plus de deux soirées par semaine, en vous fixant pour limite de ne pas dépasser 23h.

– Vous pouvez enfin décider qu’à partir de 18h, par exemple, vous basculez votre ligne sur la messagerie et vous ne répondez plus à vos clients, et, dans le même ordre d’idée, que vous ne répondrez pas à ces mêmes clients le week-end car, comme les autres, vous « travaillez », et qu’au même titre que les autres, vous n’êtes pas corvéable 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 !

 

En assumant son travail à 100 % auprès des autres !

On parvient beaucoup plus facilement à poser des limites à son entourage et à cloisonner quand on assume son travail à 100 %.

C’est un préalable indispensable. Je m’explique.

Il importe dès le départ que vous considériez votre travail comme un travail à part entière, que vous preniez votre travail au sérieux, comme n’importe quel autre travail, salarié ou pas.

Evident, me direz-vous ? Pas tant que ça.

Comment imaginer demander aux autres de respecter votre travail si vous-même, vous ne le respectez pas à 100 % ?

Le fait de travailler de chez soi, dans son environnement intime, ne nous aide pas en effet à considérer notre travail comme n’importe quel autre travail. Et les petites réflexions des autres, ici et là, ne nous y aident pas non plus ! Pourtant, c’est de vous, et de votre propre conviction personnelle, que naîtra le respect des autres.

Assurez-vous donc en premier lieu qu’aucune partie de vous, même infime, ne considère pas votre travail comme une forme de « sous-travail », moins important que celui des autres, celui de votre conjoint par exemple s’il travaille à l’extérieur.

Il vous sera plus aisé d’expliquer aux autres (ami(e)s, enfants, conjoint, parents, voisins, etc.) que là maintenant, non vous n’êtes pas disponible pour un café/un ciné/un papotage sauvage sur le palier/ et qu’il est important que vous boucliez le dossier de votre client X ou Y avant 17h.

 Z&O_Blogredimensionnée

Conseil n° 3 : Délimitez votre territoire !

Même si vous ne disposez que d’un bureau plaqué contre un mur dans votre séjour, il s’agit de VOTRE territoire. C’est VOTRE espace de travail, à vous, et il vous revient de l’expliquer clairement à vos proches, à vos enfants en particulier.

Idéalement, mais à vous de placer le curseur là où vous le souhaitez, personne ne devrait avoir le droit de s’y installer, d’y dessiner, d’y faire ses devoirs ou tout autre chose (je suis sûre que vous voyez parfaitement ce que je veux dire…).

Idem pour votre ordinateur. S’il s’agit de l’ordinateur avec lequel vous travaillez, il ne devrait pas être partagé avec les autres. Créez votre session personnelle et mettez tout simplement un mot de passe.

Oser instaurer des horaires

Vous délimiterez votre territoire en instaurant des horaires, et là encore, en les expliquant à vos proches.

Durant ces horaires de travail, soyez fermes avec votre entourage, y compris avec vos enfants qui, même petits, peuvent comprendre que votre travail est important, si vous avez pris le temps de leur expliquer ce que vous faites et pourquoi vous le faites (La maman de Mokka travaille à la maison), et si vous en êtes, bien sûr, vous-même convaincu(e)s 😉

Instaurer des horaires (à intégrer dans vos règles du jeu) vous aidera à ne pas vous éparpiller et vous gagnerez en efficacité durant ces heures de travail que vous aurez fixées. Vous vous frottez dans le cas contraire au risque d’un étalement sans fin  de votre activité sur votre vie privée.

Petit truc : vous pouvez également délimiter votre territoire en instaurant la règle (à titre d’exemple) de ne pas répondre à des appels personnels durant vos horaires de travail (votre mère qui vous appelle pour la 3ème fois, la copine qui souhaite caler votre prochain déjeuner, etc.).

Décrocheriez-vous si vous étiez salarié(e) à l’extérieur ? Pas forcément. Décidez-le, communiquez-le en restant droit(e) dans vos bottes et tenez-vous y ! Vous constaterez que ce sera parfaitement bien compris et accepté.

Conseil n° 4 : Prévenez le sentiment d’isolement !

Travailler de chez soi ne veut pas dire travailler seul(e) à longueur de journées.

Même si nous apprécions notre indépendance, notre autonomie et notre liberté enviable, force est de constater qu’il nous arrive parfois de nous sentir seul(e)s, pour ne pas dire isolé(e)s, et que nous manquons certains jours d’interlocuteurs à qui parler.

C’est notamment pour cette raison que le travail à domicile ne correspond pas à toutes les natures. Certaines personnes dépériraient en moins d’un semestre de solitude et d’isolement !

Voici un point essentiel sur lequel je vous invite à vous pencher car le sentiment d’isolement peut s’installer insidieusement, sans crier gare et finir, une fois installé, par entamer sérieusement votre moral et, par ricochet, votre efficacité au travail.

Nous avons, en fonction de notre personnalité, plus ou moins besoin d’échanges. Mais quelle que soit notre nature, nous avons besoin d’un minimum de sociabilité.

Ce besoin peut aussi varier en fonction des périodes de l’année (plus ou moins intenses), du rythme propre à votre activité, de votre état de fatigue et de forme, et de vos objectifs, qu’ils soient professionnels ou personnels.

Interrogez-vous régulièrement (et dès maintenant) sur la dose de sociabilité et d’échanges dont vous avez besoin, et de la même manière, sur la dose de recentrage et de solitude dont vous avez aussi besoin, ce dont je ne doute pas si vous avez choisi de travailler de chez vous.

Comme pour tout le reste, il convient de trouver le juste équilibre en la matière.

Et ce juste équilibre que vous avez peut-être déjà trouvé ou que vous recherchez encore ne se laisse pas apprivoiser du jour au lendemain. Il est le résultat de tentatives, d’essais, de réajustements.

Pour ma part, à titre d’exemple, j’éprouve le besoin de me recentrer chez moi et de limiter les échanges après une période de formations en présentiel, toujours très exigeante en énergie. Je ressors de ces périodes vidée et je recharge mes batteries et récupère en restant « cloîtrée » chez moi et en limitant mes rendez-vous et déplacements au plus strict minimum durant les deux ou trois jours qui suivent.

J’évite également de caler des rendez-vous tous les jours de la semaine car j’apprécie aussi d’avoir des journées sans le moindre rendez-vous. Cela me permet d’avancer plus vite et d’être plus concentrée sur mes dossiers.

A vous, donc, de placer le curseur là où vous le souhaitez. En conscience.

Certains professionnels ont même intégré cette alternance extérieur/recentrage dans l’organisation même de leur activité. On parle alors de travail en régie. C’est le cas, par exemple, de certaines secrétaires indépendantes qui exercent leurs missions en temps partagé (50 % de leur temps chez leurs clients, ou 25 % chez l’un, 25 % chez l’autre, le reste du temps à la maison) ou des télétravailleurs qui ont opté pour le télétravail pendulaire (un à deux jours par semaine seulement en télétravail, le reste du temps dans l’entreprise).

Il vous appartiendra enfin d’éviter de tomber dans les deux extrêmes très courants quand on travaille de chez soi :

– Le trop-plein d’activités, de rendez-vous, de réunions à l’extérieur, d’événements (car tous nous intéressent et que nous n’avons pas su faire le tri et choisir), de déjeuners, etc… qui aboutissent à une surdose et nous conduisent tout droit… au surmenage.

– L’isolement extrême qui nous amène à nous accrocher à la vendeuse de votre boulangerie, histoire de parler à quelqu’un aujourd’hui ou à attendre avec impatience le retour de nos enfants ou de notre mari pour partager nos soucis du jour.


Se ressourcer

Échanger avec les autres, quels qu’ils soient, vous évitera de tourner en boucle sur vous-mêmes, vous permettra de prendre de la distance, du recul, sur votre activité, sur votre pratique même parfois, stimulera votre créativité, et parfois (pas dans tous les cas) vous détendra.

La « confrontation » avec le point de vue de l’autre enrichit, nourrit, met en perspective.

Vous en ressortirez presque toujours (sauf si votre ou vos interlocuteurs dégagent une très, très mauvaise énergie – ça arrive aussi) ressourcé(e).

Cet article vous a plu ? Pour aller plus loin, vous pouvez visiter son site ici –> Blog zen-et-organisee.com

 

 

7 jours pour ajouter un supplément d'âme à votre vie professionnelle (grâce à l'intuition)

Please enter your name.
Please enter a valid email address.
Something went wrong. Please check your entries and try again.

Pionnière, Visionnaire et Stratège intuitive, je suis experte en reconversion professionnelle et entreprenariat des femmes.

Vous êtes une femme ambitieuse et déterminée avec un côté électron libre ?

Nous sommes faites pour nous entendre si vous voulez que je vous aide à allier stratégie ET intuition au service de votre réussite professionnelle -

Contactez-moi si vous êtes prête à vivre une expérience haut-de-gamme et innovante.

7 Comments

  1. Carole Ewan sur 7 mai 2015 à 21 h 47 min

    J’écris des romans et je travaille donc chez moi. Comme je me reconnais Diane dans tout ce que vous dites. Et finalement, je suis assez contente de voir que je suis déjà la plupart de vos conseils. Merci pour cet article.
    Carole

  2. Emilie - My Happy Yoga sur 26 mai 2015 à 10 h 35 min

    Lorsque j’ai commencé à bosser de la maison, je me disais que je bougerai souvent et qu’avoir un espace de travail ne serait pas forcément nécessaire. Mon compagnon n’était pas d’accord et m’a construit un petit bureau que l’on a installé dans le salon. Depuis, j’en ai fait mon cocon. Un coin à la fois épuré, joliment décoré et joyeux, j’adore! Il n’y a rien qui me motive plus qu’un chouette environnement pour me mettre à bosser 🙂

    • Dessine-moi une carrière sur 26 mai 2015 à 10 h 46 min

      Pour moi aussi mon bureau est comme un cocon !
      Comme le dit Diane, je trouve qu’il est important d’avoir son endroit de travail où l’on se sent bien. Qui nous donne envie d’y aller pour donner le meilleur de nous-même au travers de notre activité. Qu’il soit inspirant, joli et agréable.

  3. Stéphanie sur 11 juin 2015 à 8 h 51 min

    Merci pour cet article très enrichissant.

    Je constate à regret que l’unique session vient de s’achever… Je m’inscrirai donc l’année prochaine.

    L’espace de travail : checked !
    La gestion du temps : checked !
    La boulangère : euh… work in progress ! 😉

  4. Régis sur 25 juin 2015 à 14 h 48 min

    Bonjour, très interessant ! A noter qu’il existe de plus en plus d’espaces de co-working qui permettent de rompre l’isolement, et qui devraient entrer dans l’équation cocon/relations humaines/synergie…
    Régis

  5. VILAIN sur 23 mars 2017 à 14 h 11 min

    Bonjour, je viens de trouver votre article…je suis libérale à mon domicile depuis 2004 et je ne me suis jamais sentie aussi négative, seule, isolée et improductive que depuis quelques temps. Je vais suivre vos précieux conseils …
    Merci

    • Dessine-moi une carrière sur 29 mars 2017 à 9 h 21 min

      Bonjour Stéphanie,
      Je suis heureuse que cet article ait pu vous donner des pistes pour vous sortir de votre isolement.
      Être entrepreneure à son compte n’est pas du tout incompatible avec le fait d’être entourée.
      Je vous souhaite le meilleur !
      Marjorie

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

75 Partages
Partagez68
Partagez
Tweetez
Enregistrer7