Comment vos pensées peuvent prédire la réussite ou l’échec de votre reconversion et de votre business en solo ? (1/2)

comment-pensees-predire-echec-reussite-reconversion-1

Corinne Martin-Rozès, du blog les Nouveaux Audacieux, m’a invitée sur son site pour parler des croyances limitantes. Vous savez, ces pensées qui reviennent en boucle dans la tête, fondées sur rien du tout, mais qui brident l’action ou la réussite. Je suis sûre que vous voyez ce que je veux dire ! J’ai retrouvé le brouillon de l’article que j’avais préparé. Comme il y a plein de contenu, de stratégies et de méthodes pour ne plus subir ces pensées, j’ai décidé de publier mes notes telles quelles, pour que vous puissiez en bénéficier pleinement. Voici la première partie de l’article, la suite dans 15 jours !

 

« Sème une pensée, tu récolteras un acte ; sème un acte, tu récolteras une habitude ; sème une habitude, tu récolteras un caractère ; sème un caractère, tu récolteras une destinée. » — Dalaï Lama

Dit autrement, pour changer les résultats de ses actions, il faut commencer par changer ses pensées et ses croyances.

Lorsqu’on traverse une période de transition comme une reconversion professionnelle, s’installer à son compte ou reprendre des études, de nombreux doutes peuvent surgir. « Il va falloir travailler dur pour réussir », « je n’ai pas le droit à l’erreur », « si je réussis, je ne serai plus la même », « je ne suis pas capable de réussir ce projet », « il est trop tard pour changer », « le monde est dangereux, je ne peux pas faire confiance », « je suis trop timide ».

Ces doutes peuvent revenir souvent dans la tête, se répéter en boucle et finir par freiner l’action ou empêcher la réussite du projet. Pourtant, ces doutes sont des phrases types, non fondées, mais qui prennent une importance capitale. Elles appartiennent à la catégorie des croyances, qui plus est limitantes.

Voici quelques clés pour apprendre à les repérer, les déconstruire et les remplacer par des croyances aidantes.

1.   Pourquoi les croyances sont-elles si puissantes ?

Les croyances s’installent dès l’enfance, héritées de nos parents, nos professeurs, notre éducation, de notre culture et des média. Évidemment, nous n’avons pas conscience de leur impact ni de les avoir choisies. C’est ainsi, qu’à notre insu, elles deviennent un socle puissant de construction de nous-mêmes. Un peu comme les piliers d’une table qui font que la table se tient droite. Et devenue adulte, nous continuons de les entretenir, toujours à notre insu – à moins que l’on suive un programme de développement personnel ou de thérapie.

Pourtant une croyance n’est pas un fait ni une vérité. C’est simplement quelque chose que l’on croit être vrai et qui va finir par devenir notre modèle du monde. Ainsi, pour reprendre la citation du Dalai Lama, elles conditionnent nos actions, nos habitudes, attitudes et nos comportements, et donc, elles déterminent en grande partie ce que nous obtenons de la vie.

Certaines sont bonnes pour nous et pour la société. Le problème survient lorsque certaines croyances sont limitatives voire destructrices et empêchent d’évoluer, de changer des situations ou encore de s’adapter.

Donc si vous voulez changer quelque chose dans votre vie concrète, la première étape est de changer vos croyances. Par exemple, une des mes clientes, Géraldine, pris un jour conscience qu’elle entretenait la croyance que le travail ne peut pas être amusant. Et de fait, elle s’était installée depuis quelques années dans un poste où elle s’ennuyait ferme. En changeant sa croyance, devenue selon ses mots « Le travail n’est qu’un vaste terrain de jeu », elle put se mettre en action et se sentir capable d’envisager un autre futur professionnel, beaucoup plus en adéquation avec son identité profonde.

2.   Qu’est-ce qu’une croyance limitante ?

Une croyance limitante ne donne pas le choix, elle contraint, bloque. Par exemple « je ne suis pas capable de réussir mon projet», « je suis une femme donc c’est normal que je gagne moins que mon mari » ou « il va falloir travailler dur pour réussir ». Avec des croyances de ce type, il est difficile de vivre sereinement ou d’être épanoui.

La PNL distingue 3 grandes catégories. Les plus courantes sont relatives au désespoir, l’impuissance, et la dévalorisation.

Le désespoir, c’est lorsqu’on croit qu’il n’est pas possible d’atteindre un objectif particulier. Par exemple « Quoi que je fasse, je ne pourrai pas créer mon entreprise. Ce n’est pas sous mon contrôle. »

L’impuissance c’est lorsque la personne pense qu’il est possible d’atteindre un objectif précis mais qu’elle n’en est pas capable. Comme par exemple « Je ne suis pas capable de réussir ma reconversion professionnelle »

La dévalorisation c’est lorsqu’on croit que même si l’objectif est atteignable et qu’on en a les capacités, on ne le mérite pas. Cela peut être « Je suis un imposteur ». « Je ne suis pas à ma place » « je suis une femme donc c’est normal que je gagne moins que mon mari »

Ces croyances limitantes peuvent vraiment détruire la vie quotidienne. Comme un virus informatique détruit le disque dur. Du coup, la personne arrive à une impasse insurmontable dans son processus de transition. Elle finira même par être convaincue du bien fondé de sa croyance : « Tu as bien vu, j’ai tout essayé et rien n’a marché».

La bonne nouvelle, c’est que l’on peut changer ses croyances ! ici je vais proposer des choses simples que l’on peut tester seul, en auto-coaching. Si ce n’est pas suffisant, je conseille le recours à un professionnel formé au sujet des croyances.

3.   Comment les reconnaître ?

La difficulté, c’est que les croyances les plus ancrées en nous souvent celles qui sont inconscientes, donc difficiles à identifier.

Le premier conseil que je pourrai donner est d’adopter une attitude consciente du moment présent et de ce qui se passe en nous. A la fois au niveau du corps, des émotions et des pensées. La méditation, la sophrologie ou le yoga peuvent aider. S’observer soi-même demande un apprentissage mais permet de débusquer ses croyances.

Avoir le sentiment d’être limitée dans vos choix, de ne pas avoir le contrôle de votre vie et enchainer les déceptions peut vous mettre sur la voie d’une croyance sous-jacente.

Le deuxième conseil est d’observer les résultats de vos actions ou de vos comportements. S’ils sont insatisfaisants et ce, de manière répétée, il y a certainement une fausse croyance derrière. Pour mettre le doigt dessus, essayez d’écouter votre discours interne. Entendez-vous cette petite voix qui répète souvent le même discours ? « Ça ne marchera jamais, » « Je ne suis pas bon » etc

3 questions pour vous amener à les détecter :

  • Quelle est la situation ou le défi face devant lequel vous vous bloquez le plus souvent ?
  • Quelles sont les généralisations que vous répétez régulièrement ? Vous les trouverez dans des phrases que vous répétez qui contiennent des mots comme : toujours, jamais, personne, tous, etc.
  • Complétez les phrases suivantes avec vos propres réponses : « Je suis… » « La vie est… » « Mon travail est… » « Je ne peux pas réussir parce que…. »

Voilà de quoi vous occuper jusqu’à l’épisode n°2 des croyances limitantes, où je vous apprendrai comment les déconstruire et les remplacer par des croyances aidantes cette fois :-). A dans 15 jours !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur Facebook ou envoyez-le à une amie qui en a besoin. Maintenant, partagez les croyances que vous avez débusquées dans les commentaires ci-dessous. C’est à vous !

7 jours pour ajouter un supplément d'âme à votre vie professionnelle (grâce à l'intuition)

Please enter your name.
Please enter a valid email address.
Something went wrong. Please check your entries and try again.

Pionnière, Visionnaire et Stratège intuitive, je suis experte en reconversion professionnelle et entreprenariat des femmes.

Vous êtes une femme ambitieuse et déterminée avec un côté électron libre ?

Nous sommes faites pour nous entendre si vous voulez que je vous aide à allier stratégie ET intuition au service de votre réussite professionnelle -

Contactez-moi si vous êtes prête à vivre une expérience haut-de-gamme et innovante.

5 Comments

  1. Emma sur 19 février 2015 à 14 h 21 min

    Merci beaucoup pour cet article. Effectivement, je me rends compte que j’ai plein de croyances ! Sont-elles fondées ? Comment le savoir ? Voici la liste de celles que j’ai trouvées… en quelques minutes ! J’en ai sûrement d’autres !

    – Je n’aurai jamais beaucoup d’argent.

    – Il va falloir m’accrocher pour réussir mon projet.

    – Ce doit être rare et difficile d’arriver à subvenir à tous ses besoins en faisant quelque chose que l’on aime vraiment.

    – Il y a toujours un chef quelque part à qui l’on doit rendre des comptes.

    – On ne peut pas dire ce que l’on pense vraiment la plupart du temps, sauf à des personnes de confiance.

    • Dessine-moi une carrière sur 20 février 2015 à 11 h 26 min

      Bonjour Emma,

      Un grand bravo pour avoir fait l’exercice et avoir trouvé ces croyances ! En aviez-vous conscience avant ?
      Surveillez mon prochain article dans 15 jours et vous saurez comment les déconstruire pour gagner en liberté.

      A très bientôt 🙂

      • Emma sur 19 mars 2015 à 14 h 50 min

        Non, je n’en avais pas conscience. C’est un grand soulagement de m’en rendre compte, un remède contre la fatalité, contre l’apathie. Je vais lire le prochain article.

  2. […] Comment vos pensées peuvent prédire la réussite ou l’échec de votre business […]

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez3
Partagez
Tweetez
Enregistrer3
+1
6 Partages