Quel est le point G de votre business ?

point-g-business

La métaphore n’est pas de moi, mais de Christine Lewicki, qui a osé cette audacieuse figure de style aux Leadeuses du Web 2016. J’adore l’énergie, le franc-parler mais aussi le fond du propos de Christine.
Je me sens très proche de son message, c’est d’ailleurs ce que j’enseigne à mes clientes. Aussi, j’ai décidé de vous partager ma prise de note lors de la conférence. Telle quelle. Vous pourrez y puiser de l’inspiration sans modération car ce qui suit est le chemin direct qui mène à l’alignement. Donc au succès.

 

Être créateur

De l’ère industrielle : travailler pour acheter des biens de consommation, nous sommes passés à l’ère de l’information : travailler et avoir des diplômes, avoir sa place dans la société, puis enfin à l’ère de l’innovation : travailler pour être créateur, nouvelles idées, nouveaux besoins, tout est possible.

Créateur = entrepreneur = faire ce qui n’a jamais été fait = être différent des concurrents
Oser faire ce qu’on ne sait pas qui va marcher

Regarder à l’intérieur de soi et faire un business à son image.

Se laisser guider par un processus de révélation intérieur –> qu’est-ce qui a envie d’émerger ?
Élan/ envie / plaisir / intuition

Arrêter de faire ce qui est raisonnable car on perd la connexion avec ce qui résonne en nous. D’abord ce qui résonne puis je regarde si j’ai besoin de le rendre raisonnable pour commencer aujourd’hui ou demain.

L’entreprise est un terrain de jeu

Réussir sa vie = réussir à être soi-même et à servir les autres.
Il existe un endroit ténu mais très sensible dans le business qui, quand on le trouve et qu’on l’active, procure un plaisir très fort. Ce point G dans le business est aussi appelé le Sweet Spot.

Activer son Sweet Spot = identifier ses talents + les mettre au service –> là où on est le plus soi-même et là où ça marche le mieux.
Mon seul boulot = être encore plus moi-même tous les jours

Business = être soi-même + contribution (=valeur que je créée et que j’apporte à la société) + offre qui colle avec ce qu’on a envie de créer + message qui explique aux personnes concernées
L’argent n’est que la conséquence de la valeur que je créée, pas le but.

Comment savoir si on a trouvé le Sweet Spot ?

Selon Gay Hendricks, il existe 4 zones :
– la zone d’incompétence = je fais moins bien que les autres –> gâchis si on y évolue
– la zone de compétence = je fais aussi bien que les autres –> le meilleur alibi pour ne pas activer le Sweet Spot
– la zone d’excellence = je fais mieux que les autres mais ça me coûte de l’énergie –> réussir sa vie, avoir une reconnaissance extérieure, de l’argent, des vacances au soleil –> une part de moi meurt à l’intérieur
– la zone de génie = je suis au meilleur de moi-même, je fais mieux que les autres et ça me procure de l’énergie –> je suis moi-même, j’ai pris ma place, alignement, oser croire en ses rêves et y aller, sens

Juste avant d’arriver au Sweet Spot, une petite voix rabat-joie qui dit « qui suis-je pour…? » et on est terrifiée : on touche l’Upper limit, le plafond de notre zone d’excellence (le Sweet Spot se trouve juste au-dessus de ce plafond). Parfois on s’auto-sabote.

Quand on entend cette voix rabat-joie et qu’on est terrifiée, c’est un bon signe. C’est l’indicateur qu’on est proche du Sweet Spot.

Est-ce que je préfère être imparfaite à ma place ou imparfaite à la place d’un autre?

Leviers pour aider à activer son Sweet Spot

  1. Développer une nouvelle conversation avec soi-même

Arrêter les « je suis nulle », « c’est la crise », « c’est pas la moment », « t’emballe pas trop »…
Quand je refuse d’être victime de qui que ce soit, y compris de moi-même, tout devient possible.

Le meilleur investissement dans le business = travailler son regard sur sa vie, se faire accompagner pour changer et reprogrammer sa conversation.

      2. Rattacher le business avec une cause qui nous dépasse

Cette cause = vocation. Vivre de sa vocation. Car plus rien ne peut nous arrêter.
Vocation = ce qui nous fend le cœur et pour lequel on se sent appelé.

     3. La qualité de ma réussite dépend de la qualité des questions que je me pose

Petites questions médiocres : comment je peux gagner de l’argent ?
Grandes questions : qu’est-ce qui résonne en moi ? Où est-ce que ça vibre ? Qu’est-ce qui a envie d’émerger en moi et dans le monde ? Quelle contribution j’ai envie de créer ? Comment donner du sens dans mon business ?

Pour terminer, demandez-vous comment vous souhaitez vivre : je veux gérer ce qui vient à moi (mails, réseaux sociaux, événements) ou je veux faire en sorte qu’il m’arrive ce que je veux qu’il m’arrive ?

 

7 jours pour ajouter un supplément d'âme à votre vie professionnelle (grâce à l'intuition)

Please enter your name.
Please enter a valid email address.
Something went wrong. Please check your entries and try again.

Pionnière, Visionnaire et Stratège intuitive, je suis experte en reconversion professionnelle et entreprenariat des femmes.

Vous êtes une femme ambitieuse et déterminée avec un côté électron libre ?

Nous sommes faites pour nous entendre si vous voulez que je vous aide à allier stratégie ET intuition au service de votre réussite professionnelle -

Contactez-moi si vous êtes prête à vivre une expérience haut-de-gamme et innovante.

4 commentaires

  1. Céline sur 30 juin 2016 à 8 h 53 min

    Merci Marjorie, c’est exactement ce que j’avais besoin de lire ce matin !!

    • Dessine-moi une carrière sur 1 septembre 2016 à 13 h 55 min

      😀

  2. Maude sur 30 juin 2016 à 18 h 40 min

    Passionnante comme d’habitude Christine ! Merci pour ce partage Marjorie ; j’avais la sensation d’être en face d’elle. Je pense que cela arrivera un jour.

    • Dessine-moi une carrière sur 1 septembre 2016 à 13 h 55 min

      Je te le souhaite Maude, elle est top !

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.