Comment trouver sa voie professionnelle ?

comment-trouver-sa-voie-professionnelle

« Pour quel métier suis-je faite ? », « Quelle est ma voie ? », « Est-ce que j’ai une mission sur cette terre ? ». Est-ce que vous aussi vous êtes déjà posé cette question ? Moi oui. Je me la suis même posée pendant des années !!! Et aujourd’hui que j’ai trouvé ma voie, je me sens plus légère. Alignée avec ma vocation bref, le pied. Cet article s’adresse donc à vous qui vous posez la question en ce moment. Voici quelques étapes pour amorcer la réflexion sur comment trouver sa voie professionnelle.

© DR

© DR

Changer de paradigme : le cœur VS la raison

Jusqu’ici on vous a appris qu’il fallait faire de bonnes études pour avoir un bon métier que vous feriez toute votre vie. STOP. Il faut le dire haut et fort: ce n’est plus vrai. Les personnes de ma génération auront plusieurs vies professionnelles, autant s’y préparer dès le début. C’est donc l’état d’esprit qui va être le plus important tout au long de votre carrière. Mots-clés pour gagner : adaptation, ouverture d’esprit, créativité, curiosité.

Trouver sa voie professionnelle implique de lâcher les choix de tête et raisonnés, souvent construits sur certaines compétences ou en fonction du type de diplôme que vous avez obtenu. Pourquoi ? Parce que si vous lisez cet article c’est que justement cette manière de faire vous a amenée à exercer un métier qui ne vous convient plus, qui n’a plus de sens et dans lequel vous êtes frustrée. 

Au contraire, pour trouver votre voie il va falloir accepter de plonger à l’intérieur de vous et vous reconnecter au choix du cœur. Comment ? Après la dose de courage et de lâcher-prise nécessaire pour faire le grand saut, c’est une bonne dose de connaissance de soi dont vous allez avoir besoin. Et parfois de quelqu’un pour vous accompagner sur le chemin aussi. Ici vos mots-clés pour gagner vont être : talents, qualités, centres d’intérêts, confiance.

Associer plaisir et travail

Trouver sa voie professionnelle, c’est identifier LE métier qui a du sens pour nous. C’est de l’ordre de la vocation. Il s’agit donc d’aller vers ce qu’on aime faire, vers ce qui nous procure du plaisir. Un tout autre programme que celui porté par notre « travail » quotidien. Son étymologie latine, tripalium, désigne en effet un instrument de torture !

Là où ça se corse, c’est que parfois on a du mal à concevoir que l’on peut associer plaisir et travail. C’est pourtant possible ! Le net regorge d’exemples inspirants de personnes qui ont réussi à trouver leur voie, à en vivre et même à être heureux !!! Donc si à ce stade, vous vous dites que ce n’est pas possible, inutile de perdre votre temps à trouver ce qui vous fait vibrer. Arrêtez la lecture de l’article ici et retournez à vos tâches qui n’ont plus de sens. Les autres, celles qui sont prêtes à me suivre, nagez à contre-courant de la croyance habituelle et donnez-vous la permission d’affirmer votre désir et d’écouter vos talents et centres d’intérêts. Vous aimez cuisiner de bons petits plats équilibrés et êtes attentive au bien manger ? Explorez tout de suite cette piste. Un tas d’activités à développer y sont forcément associées.

Le seul risque que vous courrez à c’est de vous lever le matin avec plaisir et une envie folle de pouvoir mettre en œuvre vos talents. On a vu pire non ?

Trouver ce qui vous fait vibrer

J’aime beaucoup cette citation d’Aristote qui dit« Là où vos talents et les besoins du monde se rencontrent, là se trouve votre vocation ». Vous allez me dire « ok mais moi je ne connais ni ma vocation ni mes talents ». Je sais. Moi non plus je ne les connaissais pas avant de me faire accompagner dans ma reconversion. En fait si, je le savais un peu mais je n’étais tellement pas sûre et pour moi c’était tellement farfelu de répondre « psychologie et développement personnel », que j’avais tout bien enfoui à l’intérieur de moi et je disais que je ne savais pas. Je suis sûre que certaines d’entre vous ont ce petit coffre aux trésors caché quelque part à l’intérieur…

Un des chemins les plus simples que je connaisse pour retrouver le chemin de votre mission, c’est de prendre la voie de ce qui vous anime et de vos centres d’intérêts. Pour les dénicher, posez-vous les questions suivantes :

  • Que rêviez-vous de faire quand vous étiez enfant ? Quel jeu ou activité pouvait vous occuper pendant des heures ?
  • Quels sont vos centres d’intérêt actuels ? Vos loisirs ?
  • De quel sujet pourriez-vous parler pendant des heures sans vous lasser ? Quels sont les lectures que vous dévorez sans voir l’heure passer ?
  • Si vous gagniez au loto, comment occuperiez-vous vos journées ?
  • Pour quel service les autres vous sollicitent-ils ?

Quand vous avez répondu à toutes ces questions, relisez vos réponses : des thèmes doivent se répéter. Ce sont ceux-là qu’il va falloir creuser car le fil conducteur pour trouver votre voie professionnelle se trouve quelque part là-dedans.

Comment ça vous n’avez pas de formation dans ce domaine, ou ce métier n’est pas pour vous, ou encore vous n’y arriverez pas ? Je ne veux rien entendre. Vous avez accepté de plonger pour vous reconnecter à vous non ? Alors on passe en mode solution, on se retrousse les manches et on avance pas à pas.

Transformer ce qui vous fait vibrer en activité

« Je ne vous dis pas que ce sera facile – je vous dis que cela en vaudra la peine. »—Art Williams. Je suis totalement d’accord avec lui.

Évidemment cela ne va pas se faire tout seul. D’abord il va falloir traduire ces intérêts en un projet d’activité. Peut-être ensuite vous faudra-t-il faire une formation (ou pas). Mais il est aussi possible que vous ayez déjà engrangé une expérience suffisante pour pouvoir commencer à exercer votre nouveau métier.

Et pour celles qui comme moi, au terme de cette réflexion, concluent qu’il n’est plus possible de retourner au salariat, et bien welcome dans la communauté des solo-entrepreneuses !! On n’allait pas se priver d’un challenge supplémentaire 😉

Mais là, on est déjà à l’étape d’après (tiens, une idée pour un prochain article).

En fait, si vous êtes arrivée jusque là, vous avez fait le plus dur. Vous avez réussi à changer d’état d’esprit. Ce nouveau focus va vous procurer toute l’énergie nécessaire pour la suite car il est basé sur votre motivation interne, celle qui est la plus puissante. En étant vous-même, unique, alignée avec ce qui fait vraiment sens pour vous, vous allez pouvoir faire l’expérience de vibrer pour votre métier et voir les opportunités se manifester les unes après les autres. Ah oui, parce que je ne vous l’ai pas dit, mais cela fait partie de la magie de trouver sa voie professionnelle.

Vous me suivez 😉 ?

J’ai récapitulé les 10 signes qui indiquent qu’on a trouvé sa voie. Téléchargez ici le guide, vous serez ainsi prête à reconnaître tous les signaux le moment voulu !

7 jours pour ajouter un supplément d'âme à votre vie professionnelle (grâce à l'intuition)

Please enter your name.
Please enter a valid email address.
Something went wrong. Please check your entries and try again.

Pionnière, Visionnaire et Stratège intuitive, je suis experte en reconversion professionnelle et entreprenariat des femmes.

Vous êtes une femme ambitieuse et déterminée avec un côté électron libre ?

Nous sommes faites pour nous entendre si vous voulez que je vous aide à allier stratégie ET intuition au service de votre réussite professionnelle -

Contactez-moi si vous êtes prête à vivre une expérience haut-de-gamme et innovante.

14 commentaires

  1. Charly - Cap Cohérence sur 10 avril 2014 à 11 h 34 min

    Marjorie, tu as tout compris 🙂

  2. krys sur 10 septembre 2014 à 5 h 48 min

    Merci !

  3. Manon sur 6 novembre 2014 à 9 h 08 min

    Merci pour cet article, je pense que ça va bien m’aider

  4. Ricalens sur 18 novembre 2014 à 17 h 33 min

    Bonjour et merci ! Ça fait du bien bonne soirée

    • Dessine-moi une carrière sur 18 novembre 2014 à 18 h 48 min

      Avec plaisir 🙂
      Bonne soirée et à bientôt !

  5. Juliette sur 6 décembre 2014 à 0 h 57 min

    Bonjour,

    C’est juste ce dont j’avais besoin pour être un peu plus assurée du chemin que je souhaite prendre aujourd’hui à 41 ans.
    Contrairement à beaucoup, j’ai presque toujours exercé le métier que je désirais. J’ai effectivement eu la chance de pouvoir suivre les chemins que j’avais jusqu’alors choisi et ai pu changer de jobs assez souvent dans les domaines où je souhaitais exercer. Je me suis donné les moyens à chaque fois en faisant les formations nécessaires pendant mon activité.
    Aujourd’hui, je suis de nouveau à un tournant après avoir conclu les 6 années de cdd qui me liaient à mon employeur. Et oui je me demandais si je n’avais pas un problème parce qu’au bout de 3, 4 ans, il fallait que je change. Alors cette fois je me suis dit que je devais aller au bout, d’autant plus qu’il s’agissait d’un cdd et que je connaissais donc la date limite, si je puis m’exprimer ainsi. J’avoue que j’ai, de nombreuses fois, voulu quitter mon emploi mais la vie étant devenue ce qu’elle est, je ne suis pas seule et économiquement c’est mon salaire qui nous permettait de vivre là ou nous vivions. Les contraintes économiques sont, je crois, l’une des raisons qui nous freine souvent dans nos désirs de tout quitter. Il n’est pas si aisé d’être détaché des futilités de ce monde. Sauf que comme je viens de l’écrire, pour moi c’est bien souvent des futilités toutes ces choses que l’on souhaite posséder et qui pourtant ne nous rendent pas plus heureux. Or je suis quelqu’un d’heureuse parce que je vis avec un homme merveilleux qui m’aime depuis plus de 20 ans, que nous sommes bien ensemble avec nos deux chattes. Nous n’avons pas d’enfant, il est donc plus facile de faire des choix qui peuvent changer toute notre vie. Mais j’avais encore une hésitation, une peur sans doute de l’inconnu et puis en ayant lu cet article, je me suis dit « qu’est-ce que je risque? ». Alors je crois que je vais me lancer dans l’aventure de l’entrepreunariat parce que oui je sais ce que je peux apporter aux autres. Je l’ai toujours su et c’est toujours en ce sens que j’ai choisi mes jobs alors pourquoi ne pas continuer?
    Je me dis que c’est peut être cette « dépression », sans doute naturelle, lorsque l’on quitte quelque chose, ou quelqu’un qui m’envahie encore un peu aujourd’hui.

    Dommage que j’ai découvert votre site trop tard Marjorie, car je me serais inscrite à votre webinaire du 6 novembre dernier.

    En tout cas merci pour tous vos conseils et encouragement, je crois que nous en manquons bien souvent. Je ne manquerais pas de revenir fureter sur votre site pour reprendre force et courage.

  6. rousseau sur 31 mai 2015 à 23 h 03 min

    Bonjour Marjorie,

    j’ai eu connaissance de ton blog en regardant ta conférence sur le sommet de la liberté…je suis en pleine reconversion pro…c’est le chamboule-tout intérieur!!! mais c’est un puissant nouveau chouette kif!!!
    ça booste de voir ton temoignage…merci!

    qui t’a coaché pour le demarrage de ton activité?…ça m’intéresse héhé!

    sinon, je viens de m’inscrire à ta newslettre, seulement, je ne peux pas recevoir ton ebook, ça ne fonctionne pas ce soir 🙁
    si tu veux jeter un oeil sur l’auto-répondeur?…ça bugg peut être pour d’autres aussi!

    bonne chance pour la suite et bienvenue sur la planète à ce petit bout d’chou qu’on entendait durant la conférence 😉
    Sarah

    • Dessine-moi une carrière sur 17 décembre 2015 à 11 h 52 min

      Merci Sarah ! Je m’aperçois à l’instant seulement que j’avais reçu ce commentaire.
      As-tu reçu l’Ebook finalement ? Sinon je te le renvoie.
      A bientôt 🙂

  7. Anne sur 29 août 2016 à 19 h 47 min

    Merci Marjorie pour cet article. Certaines personnes de mon entourage qui sont dans cette situation ont très peur d’avoir un métier-passion, de peur que cela ne soit pas suffisamment lucratif et qu’ils perdent leur niveau de vie. Quels conseils donneriez-vous dans ce cas?

    • Dessine-moi une carrière sur 1 septembre 2016 à 13 h 54 min

      Bonjour Anne,
      En effet, le métier-passion ne suffit pas à assurer un revenu suffisamment lucratif.
      En revanche, s’appuyer sur ses centres d’intérêts ou sur ses passions, et les combiner en trouvant une activité qui permet de combler des besoins qu’ont les individus, les sociétés ou le monde, voilà un moyen de vivre de sa vocation.
      On a donc ici 2 composantes qui se croisent, pas seulement la passion unique.
      Qu’en pensez-vous Anne ?

      • Anne sur 1 septembre 2016 à 16 h 52 min

        Effectivement, je suis d’accord avec vous.

        Finalement, le plus difficile c’est de trouver ce qui va correspondre à tous ces facteurs: centres d’intérêts, activité lucrative, bénéfices pour la société.
        Mais je suis sûre que le fait d’entamer une réflexion est ce qui permet de provoquer des opportunités.
        Merci pour votre complément de réponse.

  8. La Rouquine sur 5 octobre 2018 à 21 h 43 min

    EN 2018…c’est toujours valable tout ça ?! 😉
    Je viens de claquer la porte de la fonction publique après 19 ans de bons et loyaux (pppfff!!!) services.
    Je ne sais pas encore ce que je vais faire. Je plonge à l’intérieur de moi pour trouver LA voie. J’ai beaucoup beaucoup (peut-être trop ?) de centres d’intérêt et je suis actuellement un peu perdue. Mais j’ai confiance. Ma petite voix va m’aider à trouver ma voie.
    Merci de ton article qui résonne grandement en moi.

    • Dessine-moi une carrière sur 9 janvier 2019 à 23 h 12 min

      En 2018, en 2019, et pour de nombreuses années encore, tout cela reste valable.
      Je vois de plus en plus dans mon entourage des personnes démissionnant de la fonction publique.
      Vous avez posé un acte qui honore votre essence, bravo de ce premier pas.
      Où en êtes-vous aujourd’hui ? Avez-vous pu avancer ?
      Je vous envoie mes meilleures pensées.
      N’hésitez pas si vous avez besoin d’aide.

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.