C’était à la rentrée des vacances d’été. Je revenais au bureau à Paris après un mois de vacances dans le Sud. Dans Mon Sud. C’était début septembre 2009. Ce jour de retour au bureau, j’étais seule. Ma boss n’allait arriver que 2 jours après. Et là, déclic. BIM !

2009, c’était l’année de mes 30 ans. Cette année avait été difficile parce que je commençais à tourner en rond dans mon poste d’agent de photographes (je m’occupais de gérer leur carrière et leurs contrats) et de productrice photo (j’organisais les prises de vue que l’on voyait ensuite dans les magazines ou dans les publicités de mode). Si mon intérêt pour la photo m’avait conduite vers ce métier, il ne me faisait plus vibrer (alors qu’il faisait rêver les personnes à qui j’expliquais mon travail !) et j’avais très peu de perspectives d’évolution. Il faut dire aussi que  les relations avec ma boss n’étaient pas toujours faciles et donc l’ambiance au bureau s’en ressentait. J’avais de plus en plus de mal à trouver un sens à ce que je faisais et les effets sur mon moral commençaient à se manifester… J’étais complètement perdue et j’avais perdu l’envie de travailler. Devais-je changer de job ? Changer totalement de métier ? Je ne savais plus. Je voulais que ça change mais je ne savais pas par quoi commencer.

Chaque jour, cela devenait de plus en plus difficile d’aller au bureau et je comptais les heures jusqu’au moment de partir. J’en parlais à mon entourage, qui a toujours été là pour me soutenir, mais que faire ? J’essayais de regarder les offres d’emploi mais j’étais dans une telle confusion que je ne me voyais pas passer un entretien d’embauche. J’envisageais même de trouver n’importe quel emploi alimentaire pour me sortir de cet environnement.

Les journées passaient et mes questions, en plus de me trotter tout le temps dans la tête, restaient sans réponse : comment y arriver ? à qui m’adresser ? Est-ce que je devais continuer dans la photo même si je n’aimais plus ce métier ? Est-ce que seulement j’aimais encore ce métier ? Est-ce que dans une autre entreprise ça se passerait mieux ? Quand le week-end arrivait, je respirais pendant 2 jours avant de recommencer à stresser le dimanche soir.

C’est à la rentrée 2009 donc, au retour des vacances d’été, que j’ai décidé que ça suffisait et que je ne voulais plus subir cette situation de victime.Ce jour de rentrée où j’étais seule au bureau, je suis allée machinalement sur Google et j’ai tapé “bilan de compétences”. Je ne sais même pas comment j’avais entendu parler de ce terme mais je sentais que c’était par là que je devais aller.

J’ai donc commencé par faire un bilan de compétences pour découvrir ce qui me fait vibrer est… aider les autres à trouver leur voir puis réussir professionnellement à vivre de cette vocation ! Le premier bénéfice de ce bilan a été de comprendre comment j’avais mis en place tout mon parcours, et donc de comprendre comment j’avais fait mes choix jusque là. En fait c’est simple, je n’avais jamais choisi. Élève brillante, j’avais avancé dans ma scolarité sans avoir osé affirmer mes envies, et je m’étais donc retrouvée dans une section qui ne me correspondait pas (j’étais en section scientifique alors que c’était les sciences humaines, les arts et la psychologie qui me passionnaient). Tout en continuant d’apprendre gentiment et à obtenir de bons résultats… Le second bénéfice du bilan a été de prendre conscience de 2 choses très importantes : oui mes passions sont bien la psychologie et le développement personnel (je n’osais pas me l’avouer avant) et ma mission, la cause que je veux servir, est 1/ d’aider les autres à découvrir leur voie et 2/ accomplir cette vocation via une entreprise pérenne grâce à un accompagnement personnalisé efficace.

Révélation : joie, soulagement, excitation, énergie. Moins de 6 mois plus tard, je quitte l’entreprise dans laquelle j’exerçais à l’occasion d’une rupture conventionnelle. Liberté.

Mais je n’étais pas encore arrivée à destination. Suite au bilan, je décide que je souhaite me former à ce métier spécifique. Car si je possède déjà l’expérience de la gestion de carrière des photographes, aider les autres à trouver leur voie ne s’improvise pas. Après de nombreuses recherches sur le sujet, je trouve la meilleure formation pour ce métier de consultant en bilan de compétences (en fait ce n’était pas si dur, il n’y en avait que 2 de sérieuses et de complètes à l’époque en France !) : un Master en Sciences humaines intitulé Évaluation et Bilan des Compétences à l’Université de Paris 8 que j’intègre en 2011, après quelques obstacles. En effet, après un refus de DIF et malgré un recours, j’apprends que je ne pourrai pas bénéficier des aides institutionnelles pour financer ma formation et mon arrêt d’activité. Incompréhension, déception, non-acceptation. Alors au chômage, je ne remercierai jamais assez ma famille et mon compagnon qui m’ont permis d’aller au bout de cette formation malgré tout. J’en sors même dans le wagon de tête de la promotion avec les Félicitations du Jury pour mon mémoire !

Fin 2012 : joie, fierté, plaisir et certitude que je suis alignée avec ma mission.

Après quelques mois de salariat comme conseillère emploi pour un centre de formation, ce qui m’a permis de consolider mon expérience, je me suis lancée à mon compte et j’ai réalisé que c’était ce métier qui était fait pour moi parce que j’ai adoré l’exercer et mes clientes étaient vraiment contentes des résultats qu’elles obtenaient avec moi.

J’ai créé ma société en 2013 car j’avais envie de liberté et de décider entièrement de mon métier. Les choses se sont ensuite déroulées de manière fluide. J’ai eu mes premiers clients rapidement et mon entreprise a grandi en même temps que moi. Je continue depuis à me former chaque année en développement personnel, marketing, business et énergétique.

Aujourd’hui, je vis du job qui me fait vibrer. J’ai doublé mon CA chaque année depuis mes débuts il y a 4 ans, je m’éclate chaque jour et je refuse même des clientes.

Ce mois de septembre a été ma 5e rentrée professionnelle pour Dessine-moi une Carrière. C’est la première fois que je reste aussi longtemps dans un poste, j’ai battu mon record ! Et même si j’ai profité pleinement de mon mois de vacances d’été, j’avais le sourire aux lèvres pour mon jour de reprise 🙂 Je ne connais plus l’ennui, la peur ou la déprime.

Pourquoi je vous fais part de tout cela ? Lors de cette quête, qui a duré plusieurs années, j’ai entamé une recherche déterminée d’accompagnements, de techniques et de modèles qui m’ont confirmé qu’il est possible de découvrir ET de vivre de sa vocation, du fameux job qui fait vibrer. Et aujourd’hui, je connais le chemin à parcourir pour y arriver.

La transmission ayant toujours été importante pour moi (je vous ai dit que j’avais été journaliste avant de travailler dans l’agence de photographes ?), j’organise prochainement un webinaire intitulé Reconversion professionnelle – Comment trouver sa voie ?

Je sais que la période de rentrée peut être difficile quand on n’est pas à sa place. Aussi ce webinaire sera l’occasion pour vous d’apprendre quelles sont les étapes essentielles pour trouver sa voie et comment être sûre de faire les bons choix entre les différentes pistes.

Remember,
You Have the Power !

 

Enregistrer

Enregistrer

Vous voulez un job qui vous fait vibrer ?Demandez vite mon ebook gratuit :

"37 pensées inspirantes pour réussir sa reconversion et sa solo-entreprise".


MERCI !
Vous recevrez un
message de confirmation
d'ici quelques minutes :)

MERCI !
Vous recevrez un message de confirmation d'ici quelques minutes :)
Vous voulez un job qui vous fait vibrer ?
Demandez vite mon ebook gratuit :

"37 pensées inspirantes pour réussir sa reconversion et sa solo-entreprise".



MERCI !
Vous aller recevoir un email
d'ici quelques minutes :)

MERCI !
Vous recevrez un message de confirmation d'ici quelques minutes :)

MERCI !
Vous recevrez un message de confirmation d'ici quelques minutes :)