Le déclic pour réussir sa reconversion

declic-reussir-reconversion

Changer de métier, trouver le job de nos rêves, s’éclater au travail et avoir envie de se lever le matin pour aller travailler, on en rêve tous mais on est peu nombreux à faire partie du club. On y pense régulièrement, on se dit qu’on va bientôt sauter le pas puis le temps passe et des mois après, rien n’a changé. Ça vous parle ? Avant de décider de changer de métier, je suis aussi passée par là. Le chemin, je le connais !
Je me suis souvent demandé ce qui faisait la différence entre ceux qui étaient passés à l’action et avaient réussi leur reconversion et les autres. J’ai enfin eu la réponse.

© DR

© DR

J’ai assisté il y a quelques temps à un colloque « Changer de métier : enjeux, risques et opportunités » organisé par le COE, Conseil d’Orientation pour l’Emploi. Il s’agissait en fait de réunir des experts, des journalistes, des chercheurs, des directeurs d’institutions, bref, des tas de personnes très importantes (et seulement 2 femmes, mais c’est un autre sujet) qui allaient faire le point sur un thème qui me passionne : les reconversions professionnelles volontaires.

Si j’ai trouvé la qualité de la journée inégale, certains intervenants étant soporifiques à souhait, je dois à David Abiker le plaisir d’avoir animé avec brio la deuxième table-ronde. Celle où est intervenue Catherine Négroni. Grâce à elle et à son travail de sociologue et chercheuse, j’ai enfin compris ce qui décidait les personnes à se reconvertir. Bon allez, trêve d’introduction à rallonge, je vous explique tout !

Juste pour situer le contexte, Catherine Négroni travaille elle aussi sur le sujet de la reconversion professionnelle volontaire. Lors d’une étude sur le sujet, elle a interrogé 55 personnes puis a observé que toutes, quelle que soit leur catégorie socio-professionnelle, leur sexe ou leur genre, passaient par les 5 mêmes étapes :

Étape 1 : La vocation contrée En d’autres termes : le métier que l’on occupe n’est pas celui pour lequel on est fait. Et ce, même si on n’a pas de vocation définie clairement. Et c’est comme ça que l’on se retrouver à faire un job sans trop savoir pourquoi. On se retrouve à une place qui n’est pas la nôtre. On n’est pas aligné, en phase, en cohérence avec nous-même.

Étape 2 : Le désengagement Peu à peu, on s’implique de moins en moins dans le travail. Un détachement s’installe, que l’on en soit conscient ou pas. Les causes peuvent d’ailleurs être multiples : l’organisation du travail mise en place par l’entreprise, une ambiance difficile avec les collègues ou la hiérarchie, le fait de participer ou non aux décisions de la vie dans l’entreprise…

Étape 3 : La phase de latence C’est le temps du questionnement. Est-ce que je le fais ou pas ? Je tente la reconversion ou je reste à ma place ? A ce stade, certaines personnes vont composer avec la situation et aménager leur relation au travail. D’autres vont renoncer à cause de l’incertitude liée au changement ou au coût du projet.

Étape 4 : La bifurcation C’est là où le déclic va avoir lieu. La prise de décision va être actée, c’est le fameux moment où on se dit « j’y vais ». Et cette prise de décision est liée à un événement déclencheur important. Une rencontre significative, un événement qui conforte dans la voie à suivre, une synchronicité particulière… Quoi qu’il en soit, c’est à cette étape que tout se joue. Un événement va déclencher la reconversion professionnelle.

Étape 5 : Le réengagement dans un nouvel emploi Après la décision, rien ne va plus arrêter la machine ! La force de la motivation est telle que la personne va réaliser sa reconversion. Pour se faire aider, plusieurs moyens sont possibles : une rupture conventionnelle, un bilan de compétences, une formation qui mène au nouvel emploi, une VAE…

L’importance d’une reconversion professionnelle volontaire est donc capitale puisqu’elle constitue un « événement de vie » selon Catherine Négroni. Mais cela ne se fait pas tout seul. « Changer de métier est un travail sur soi ». Il faut donc se prendre en mains pour mener à bien ce projet. Heureusement, on peut se faire aider. C’est d’ailleurs le secret d’une reconversion réussie.

–> J’ai vraiment apprécié le travail de cette chercheuse. Et je retiens la puissance de l’événement déclencheur. Je vais continuer à creuser le sujet car j’ai l’intuition qu’il contient de nombreuses choses à découvrir qui pourront aider les personnes à réussir leur reconversion. Si je me remémore mon parcours, l’événement déclencheur dans mon cas a été un mal-être au travail. Et vous qui avez vécu une reconversion, quel a été le vôtre ?

© Marjorie Llombart

7 jours pour ajouter un supplément d'âme à votre vie professionnelle (grâce à l'intuition)

Please enter your name.
Please enter a valid email address.
Something went wrong. Please check your entries and try again.

Pionnière, Visionnaire et Stratège intuitive, je suis experte en reconversion professionnelle et entreprenariat des femmes.

Vous êtes une femme ambitieuse et déterminée avec un côté électron libre ?

Nous sommes faites pour nous entendre si vous voulez que je vous aide à allier stratégie ET intuition au service de votre réussite professionnelle -

Contactez-moi si vous êtes prête à vivre une expérience haut-de-gamme et innovante.

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

25 Partages
Partagez23
Partagez
Tweetez
Enregistrer2