Je ne me rappelle plus comment j’ai découvert Morgane Sifantus, l’alchimiste des mots. Peut-être que c’est elle qui m’a trouvé d’ailleurs, au hasard des internets. C’était au début de DMUC, ça, je m’en souviens. Et tout de suite, j’ai senti une proximité avec elle et son énergie. Même si nous faisons des choses différentes. Maintenant j’ai compris, c’est parce que nous sommes toutes les deux des sorcières des temps modernes. Mais ça, chuuuut. Comme vous êtes nombreuses à me demander “Comment trouver les mots ?” pour communiquer, écrire des articles ou  des newsletters, je me suis dit qu’elle était THE ONE pour vous répondre. Je la remercie pour le partage de ses trucs au sujet de l’écriture, du blogging, de l’expression écrite quand on a un message ou une expertise à faire passer au monde.

Bonjour ! Je suis Morgane Sifantus, fondatrice de Mo’ pour mots, tritureuse de mots et un peu sorcière sur les bords. Mon métier ? Accompagner les entrepreneurs dans le domaine des mots : traduire son identité à travers sa marque, son site, sa manière de se présenter… mais aussi libérer et s’accomplir grâce à son écriture.

Marjorie m’a proposé de venir vous écrire sur son blog, merci ! À cette occasion, je lui ai demandé quelles étaient les questions qui revenaient chez ses clientes concernant la communication et l’écriture.

L’une de ces questions était : « Comment trouver les mots pour parler de ce que je fais ? ». Je vous propose ici ma vision. Pas LA vérité absolue, juste ma vision :).

C’est certainement une des questions que l’on pose et que l’on nous pose le plus souvent : « tu fais quoi, dans la vie ? ». Une question qui a angoissé et continuera d’angoisser certainement des générations d’entrepreneures ! Au moment de répondre, on peut avoir peur. Peur de ne pas être comprise (mais c’est quoi ce métier ?? C’est un métier, d’ailleurs?), de ne pas être intéressante, d’être jugée…

À l’oral, comme à l’écrit, l’exercice de présentation est difficile, disons les choses comme elles sont !

Trouver les mots…

Trouver les bons mots…

Oui, mais, trouver quels mots ? Peut-être la première question à se poser. Moi, créatrice d’entreprise, qu’est-ce que je souhaite faire dire aux mots ? Qu’est-ce que je souhaite provoquer comme émotion ? Qui est-ce que je veux toucher ?

Les mots sont encore là quand je ne suis plus là, ils sont une partie de moi, ils me représentent. C’est exactement pareil avec une entreprise. Ce que l’on dit d’elle est souvent liée à ce qu’elle dit d’elle-même.

Cet enjeu puissant… Il met une sacrée pression ! On en revient aux peurs : ces mots-là, correspondent-ils vraiment à ce que je propose ? Vont-ils toucher les bonnes personnes ? Provoquer les bonnes réactions (me contacter, acheter mon produit, mon service et… bien plus encore !) ?

En fait, on voudrait trouver les mots parfaits, voire… magiques. N’est-ce pas ? Ceux qui fonctionnent à tous les coups, exactement de la manière dont on le voudrait.

Désolée… les mots magiques, ça n’existe pas. En revanche, les mots justes, eux, existent bien !

Les mots sont les mêmes pour tout le monde. La différence, c’est comment on les utilise et la justesse avec laquelle on se les approprie. Je n’ai pas de méthode « toute faite » car je pense que chacune aura besoin d’éléments différents pour avancer. Toutefois, voici 3 éléments qui me semblent essentiels lorsqu’on cherche ses mots d’entrepreneure.

1- Pour trouver, il faut chercher… en conscience !

Eh oui, ça semble basique, mais c’est bien la première étape : se mettre dans les bonnes conditions pour accueillir ET agir sont deux éléments indispensables et complémentaires.

Chercher les mots, ça n’est pas (seulement) s’asseoir et triturer ses méninges. Ce n’est pas (seulement) demander son avis à la terre entière (en fait, ça, je ne le recommande pas du tout !).

Chercher les mots, c’est préparer son cerveau à capter et se faire accompagner si on en a besoin. C’est avant tout : écouter. Écouter est essentiel (comme dans le « commercial » d’ailleurs).

Apprendre à s’écouter soi-même, pas de manière narcissique, mais tout simplement parce qu’on prononce souvent naturellement des « mots qui nous viennent tout seuls ». Et pourtant, on a peur de les utiliser ! Eh oui, parfois nos mots sont déjà là, mais on les croit trop classiques (ou pas assez), trop banals (ou pas assez), pas assez pro (ou trop jargon), trop, pas assez… Là aussi, faisons baisser la pression. Pour aller loin, il faut commencer petit.

Savoir écouter son entourage. Vos enfants, vos amis, vos clients avant tout, écoutez comment ils parlent de vous. Notez les mots, les expressions et notez surtout, ce qu’ils provoquent chez vous. Vous semblent-ils justes ? Adéquats ? Précis ? Vibrants ? Gardez ce que vous sentez et modifiez ce qui ne vous correspond pas.

S’autoriser à écouter des entreprises éloignées de la sienne : eh oui, en termes de créativité, la concurrence, c’est le blocage assuré ! En revanche, s’inspirer de domaines qui n’ont rien à voir avec le vôtre, c’est vous permettre de recevoir de nouvelles idées et sortir des sentiers battus de votre métier.

Oser écouter l’Univers et tous les signes qu’il nous envoie… C’est souvent quand on ne s’y attend pas qu’on a la bonne idée !

2- Accepter de lâcher-prise sur le quand et le comment

Chercher les mots, c’est se donner le temps. C’est être prête à accueillir la fulgurance tout comme voire naître, peu à peu, une évidence.

Chercher les mots, c’est accepter que le chemin ne se termine jamais !

Chercher les mots, c’est s’autoriser à tester, à changer, à faire confiance à son intuition.

Chercher les mots, c’est mystérieux et c’est un apprentissage à lui tout seul.

Lâcher prise sur le quand et le comment, je sais, c’est méga dur. Parce qu’on pense qu’il faut absolument une marque géniale, une baseline top, un pitch percutant, une signature inspirante, une ligne éditoriale de ouf’… pour faire du business.

Oui, mais non.

Pour faire du business, il faut soi et des clients. Il est possible de lancer son entreprise sans avoir trouvé tous les mots et les trouver en même temps que le business se développera. Il est possible de commencer avec certains mots et de les faire évoluer. Il est possible de tout changer, un jour, car cela ne nous correspond plus, sans perdre sa communauté. Il est possible d’avoir « tout bien fait » sans que ça fonctionne, parce que ça manque d’âme.

Cela fait 6 ans que j’ai créé Mo’ pour mots. Ce nom, je l’ai trouvé immédiatement, en 5 minutes. Je n’ai même pas eu de coup de foudre, il s’est imposé à moi. En revanche, j’ai changé mille fois de signature et de baseline. Parfois, je n’en ai pas eu. Et encore aujourd’hui, j’ai tellement de mal à répondre à la question : tu fais quoi comme métier ? J’ai appris à lâcher-prise :). Tant pis si je n’ai pas trouvé, car mon métier ce n’est pas de trouver les mots pour mes clients… mais les aider à les chercher. Donc, je suis plutôt pas mal chaussée 🙂 !

3- Se faire accompagner pour apporter créativité et structure

Je crois en la puissance de l’accompagnement. Passer de la solitude de la créatrice à « être ensemble ». Partager, changer de point de vue, être soutenue, conseillée de manière bienveillante et ferme… c’est essentiel !

Dans le domaine des mots, c’est exactement pareil. Quand on se sent bloquée, « l’accompagnant » se révèle une ressource très intéressante. En ce qui me concerne, je me concentre sur le sens des mots : double voire triple sens ; sens perçu, imaginé, fantasmé ; sens et émotions… Je suis très créative, j’ai mille idées à la minute et… je demande à mes clients de laisser le jugement à la porte. Aucun mot n’est idiot ou inutile. La créativité saute de mot en mot pour arriver, finalement au mot juste.

J’apporte également la structure nécessaire pour gagner en efficacité et comprendre le pouvoir des mots. Cette structure qui permet de garder toujours en tête le futur que l’on souhaite se créer.

Mais j’arrête de parler de moi et si je dois vous donner un conseil, ce sera : pour choisir la personne qui peut vous aider, écoutez vos ressentis et écoutez-les vraiment !

Merci encore pour cet espace d’expression que tu as libéré pour moi Marjorie et rendez-vous, dans un autre article, pour donner ma réponse à la question : « Comment trouver mon style de communication pour que ce soit ni trop “formel”, ni trop “pas professionnel ?” ». J’adore.

http://www.morganesifantus.com/

Enregistrer

Enregistrer

Vous voulez un job qui vous fait vibrer ?Demandez vite mon ebook gratuit :

"37 pensées inspirantes pour réussir sa reconversion et sa solo-entreprise".


MERCI !
Vous recevrez un
message de confirmation
d'ici quelques minutes :)

MERCI !
Vous recevrez un message de confirmation d'ici quelques minutes :)
Vous voulez un job qui vous fait vibrer ?
Demandez vite mon ebook gratuit :

"37 pensées inspirantes pour réussir sa reconversion et sa solo-entreprise".



MERCI !
Vous aller recevoir un email
d'ici quelques minutes :)

MERCI !
Vous recevrez un message de confirmation d'ici quelques minutes :)

MERCI !
Vous recevrez un message de confirmation d'ici quelques minutes :)